Une pause au milieu des champs

Voilà un projet qui me tenait à cœur depuis un bon moment… non seulement me réconcilier avec le lavis… mais également découvrir les aquarelles végétales de chez Lutea

Il a donc fallu attendre le début de l’automne, par une soirée baignée de cette couleur si particulière qui inspirait au calme et à la sérénité pour respirer profondément et se jeter à l’eau, dans tous les sens du terme!

C’est au doux son des dernières tondeuses à gazon que j’ai sorti mes pinceaux et mon compas … Et ce fut… une pure merveille! La couleur glissait toute seule sur mon carton… les nombreux passages du tire-ligne ne semblaient rien perturber l’ordre établi!

La palette comporte 12 couleurs mais… quelles couleurs! Le premier mot qui me vient à l’esprit est « nature » mais n’est ce pas là le concept même du projet? Puisque issues de matières végétales!

18672898_822065507956048_711791373687122124_o

Il est vrai que travailler une matière dont vous connaissez un petit l’histoire rend le moment encore plus magique! Savoir que la personne dont vous avez fait la rencontre cultive, récolte et transforme ces plantes pour en faire des pigments impose le respect… en tous les cas, le mien! et mon coté écolo (dont je ne suis pas toujours une bonne représentante… mention peu mieux faire mais essaie et c’est déjà ca) fut touché en plein cœur puisqu’on parle bien d’un produit végétal mais également local. Une petite visite sur http://lutea.be/fr/ vous permettra de connaître tous les détails de cette entreprise

Beaucoup savent que le nom donné aux couleurs m’émerveille et m’émerveillera sans cesse! Mais quand vous puisez sur la palette du fraisier gris ou du thym orange foncé… et bien… cela vous transporte au milieu des champs, mille odeurs vous submergent et le calme vous envahit…

Pour ce qui est de ma réconciliation avec le lavis, j’ai préféré commencer avec un rond, forme qui personnellement me semble le plus facile… un compas, un carton, de la couleur et ca tourne tout seul

lavis

Bien évidemment j’ai choisi une illustration au milieu de ma vielle boite à chaussures… obligé! et oooooh surprise… du rose! J’ai donc puisé de la cochenille carmin.

Un petit biseau anglais rond au passage maintenant que je maitrise la technique… mais à refaire je choisirais une couleur plus soutenue

Les plus avertis remarqueront que j’ai terminé mon cadre en oubliant de coller mon fin filet entre 2 traits… mais chuuuuut…. on va dire que c’est la simplicité de la couleur et du dessin qui m’ont inspirée

aaaaah si tous les rongeurs pouvaient avoir cette petite bouille, cela me réconcilierait au passage avec cette partie de la faune…

 

 

 

Publicités
Article mis en avant

Je ne vous présente plus le Masking Tape je suppose… ce petit rouleau de papier japonais décoratif, aux motifs et couleurs variés et aux vertus incalculables dont je ne sais plus me passer

Utilisé pour décorer des objets, fixer une photo au mur ou sur le frigo (ou sur tout autre support d’ailleurs…), pour marquer une page ou en faire une jolie étiquette (liste non exhaustive bien entendu!), ce petit rouleau a plus d’un tour dans son sac

C’est un peu par hasard que j’ai réalisé mes premiers tests (et oui parce qu’il y a évidemment des « dans ce cas là, ca ne marche pas » sinon ce ne serait pas amusant) dans mes encadrements

Je l’ai d’abord utilisé pour un filet parce que son motif allait tip top avec ce que j’avais imaginé et que je ne trouvais pas l’équivalent en papier employé traditionnellement dans ce cas

02.JPG

Mais Bing! voilà le premier obstacle… tout dépend du support et de la technique…

En l’occurrence sur un contrecollé vergé… pas évident mais pas impossible non plus… et surtout je voulais remborder directement ma fenêtre image…  Résultat des courses… pas de soucis pour le filet coincé entre le carton et le verre mais pour le deuxième… j’ai du sortir mon pot de colle vinylique… ce qui n’est pas un problème en soi mais qui est moins pratique

nb: dans un premier temps, tout s’est bien passé mais au bout de quelques semaines, cela s’est décollé et j’ai du ré-ouvrir mon cadre… je dis cela, je ne dis rein mais ne criez pas victoire trop vite

J’ai donc continué à jouer les apprentis masqueurs et j’ai porté mon dévolu sur un ruban rouge à petits pois

03 bis.JPG

Tout d’abord pour décorer le fond de ma gorge… enfin… celle de mon passe-partout hein!? et j’ai tenté de l’utiliser pour recouvrir mon biseau anglais… et là… oooooh miracle, aucun problème à l’horizon

Non seulement il colle magnifiquement bien mais il se décolle et se recolle à volonté (sinon ce ne serait pas un vrai masking tape me direz vous, et vous auriez amplement raison maaaais je n’étais pas certaine que cela serait aussi facile sur du carton bois) ce qui permet de faire aisément les découpes après avoir pris ses repères

Et puis cette technique s’est appliquée à pas mal de projets… des pavés droits, des pavés inversés, des rehausses, des filets sur un entre-deux-verres… on ne m’arrête plus

Et mon coté économe est comblé… car avec ce petit rouleau, vous pouvez en faire des passe-partout! Sa largeur suffit amplement et laisse peu de déchet, coté rangement (et chez moi c’est un gros problème à prendre en considération) rien de plus simple, coté déco, on en trouve de toutes les couleurs et de tous les motifs (des lignes, des pois, des unis, des brillants…) et le tout sans se salir les mains… que demander de plus? je vous le demande

01

Petits bémols toutefois… il existe différentes marques et certaines ont une meilleure adhérence que d’autres (je vous laisse apprécier) et d’autres, avec une base claire, peuvent sembler ternes si on les colle sur des cartons foncés… pour celui ci, j’ai du le doubler d’une feuille blanche

04.JPG

Mes expériences ne se sont pas arrêtées au petit rouleau et j’ai tenté la feuille A4 ( chez Artémio notamment) et bonne nouvelle! aucun problème, mise à part la restriction de la taille de la feuille et le trait de crayon oublié qui se voit par transparence (mais siiiii en haut à gauche…)… ce qui est valable pour l’ensemble des techniques mais ici on la voit plus que bien dirons nous…

09.JPG

Je ne sais pas encore quelle sera ma prochaine expédition… beaucoup de techniques me tentent…

06

Soyez fou, soyez créatif et surtout amusez vous bien!

Article mis en avant

Quelques coupons plus tard…

Voilà un meuble que je trimbale depuis longtemps, bien pratique (je range les cartes postales par éditeurs… ) mais avouons le… pas très fun coté couleur.

Non, ne criez pas au scandale, je n’aurais pas tenté l’aventure sur un bois noble qui, grâce à un peu d’huile de coude aurait retrouvé sa jeunesse éclatante… non, non, non, il s’agit bien d’un meuble en majorité en bois blanc et multiplex, agrafé par endroits… une sorte de meuble sorti de la première usine du géant suédois… qu’on aurait teinté avec une louche.

meuble 3

L’idéal est de le dé-vernir d’abord… avec un peu de savon de Marseille, de la Solarine ou pour les non écolos, un peu d’ammoniaque dilué… mais voilà… premier aveu de faiblesse… je n’ai rien fait de tout cela pour les tiroirs…

Coté boite à outils… de la colle plastique (vinylique, blanche, … on parle de la même chose) de bonne qualité, un spalter, un petit pinceau, un cutter avec une lame neuve, des petits ciseaux de précision, un plioir (plastique, teflon, os peut importe du moment que ca lisse… et qui sait, une carte de banque pourrait faire l’affaire… à tester), un petite latte et éventuellement de quoi démonter des poignées.

meuble 1

Coté tissu…  j’ai utilisé deux coupons de coton Petit Pan. J’ai déjà testé avec du coton enduit et ca marche! il faut juste être un peu plus patient au temps de prise, modérer sa couche de colle car elle peut « pocher » plus facilement et absolument repasser (à l’envers, hein!?) la toile… ce qui amène à mon deuxième aveu de faiblesse… non je ne repasse pas souvent mes tissus avant de les encoller.

Autant vous le dire de suite, vous pouvez encoller à peu près tous les tissus avec plus ou moins de facilité mais oubliez les tissus soyeux… ca ne marche pas quelque soit le support!

Alors ce meuble… on retrousse ses manches et c’est parti?

Tout d’abord j’ai encollé la face du tiroir

meuble 2

Si votre colle est trop liquide, n’hésitez pas à attendre quelques minutes qu’elle sèche un petit peu.

N’hésitez pas non plus à encoller un peu plus loin que souhaité, quand ce sera sec, vous pourrez faire une coupe nette grâce au cutter et à la latte.

meuble 4

Ici, les tiroirs étaient arrondis, il a donc fallu faire une petite découpe pour pouvoir rabattre le tissus proprement.

Il n’y a plus qu’à remettre les poignées et passer au suivant!

J’ai nettoyé le reste du meuble à la Solarine et la limaille de fer et mis deux couches de peinture à la craie écologique car j’aime le coté mat.

Voili voilou! après rien ne vous empêche de choisir un tissus plus sobre voir même uni et pourquoi pas, décorer avec une peinture textile. On peut également protéger le tissus avec un vernis (pour serviette ou patchwork) mais personnellement, je ne l’ai pas fait 😉

 

Article mis en avant

J’ai réussi le biseau français rond après 10 ans!

Il y a comme cela des rêves qui mettent du temps à se réaliser

Et réaliser un biseau français rond fait partie de ceux là

J’ai tenté ma première chance il y a … houlala plus de 10 ans… oh oui bien plus… je me revois avec mon papier canson humidifié pour lui donner sa forme, le cranter, le coller et… horreur malheur… voir systématiquement un creux se former… à un seul endroit, petit mais totalement inesthétique… recommencer… insister sur l’eau et faire un satané trou… recommencer encore et encore et… abandonner… enfin… abandonner n’étant pas vraiment dans mon vocabulaire (plus entêtée tu meurs) on va plutôt écrire… et mettre ce projet de côté quelques temps…

Il y a 5 ans, j’ai réalisé pour une vitrine ce cadre devenu mythique pour bien des raisons mais surtout parce que pour la première fois et totalement naïvement, j’ai tenté le biseau anglais rond… enfin… oui d’accord sur la photo il est ovale… mais c’est pareil hein!?

anglais

Sans trop me poser de question, j’ai appliqué un papier népalais parce que c’est ce que j’ai le plus sous la main et là… BAM ça a marché du premier coup!

Pourquoi? Why? Waarom?

Il a fallu le regarder dans tous les sens et pendant de longues années pour comprendre un principe ridiculement simple! Parce que ce papier népalais a la particularité de ne pas avoir de sens!

Voilà pourquoi il est impossible compliqué de  réussir un biseau  français classique sans doubler  ces papiers et  donc … qu’il est aisé de réussir un biseau anglais ou français rond!

Sa deuxième particularité est qu’il se détend comme un tissu, il épouse donc la forme souhaitée sans devoir l’humidifier

Sur base de cette nouvelle découverte, je me suis relancée dans le projet du biseau français rond et ooooooh magie, tels les yeux d’un enfant devant le sapin de Noël illuminé… observer que cela fonctionne à merveille (J’ai même décidé au dernier moment de ne pas mettre la cartonnette gainée supérieure…)

francais

Le secret est enfin percé à jour!

La question est de savoir pourquoi il s’est passé 5 ans entre le résultat du biseau anglais et celui du français… ? On ne refera pas l’histoire ou juste sourire et se dire que la vie peut encore nous surprendre

Amusez vous bien!

 

 

 

 

 

Un peu de douceur…

Doucement entrer dans l’hiver, à pas feutrés

Savourer un moment de paresse au coin du feu

Se réchauffer de la lumière d’une bougie

Humer les odeurs d’épices et de sapin

Déguster un thé fumant

Succomber au pain d’épices maison…

 

En plein dans les préparatifs du solstice d’hiver … Ce moment si particulier où la nature nous promet le retour de la lumière, ce moment où tous les espoirs sont permis! … J’ai essayé quelques recettes à base de cannelle pour accompagner un vin chaud.

Partie d’abord pour des spéculoos, je suis tombée sur la recette du pain d’épices… ma gourmandise et ma curiosité titillées… j’ai mis le chambard dans ma cuisine mais cela en valait la peine!

J’ai tenté une recette de Candice Kother parce qu’elle nous fait toujours la promesse que ce sera tout facile! Et elle avait mille fois raison!

Préchauffer le four à 160°C

Faire chauffer 250gr de miel liquide dans une casserole puis le verser bien chaud dans un saladier sur 250 gr de farine, 1 sachet de levure, 1 sachet de sucre vanillé, 100 gr de sucre, 2 càs d’épices pour spéculoos

Mélanger avec une cuillère en bois. Incorporer petit à petit 2 œufs puis 100 ml de lait tiède.

Verser dans un moule à cake et cuire 1h- 1h15

Pain d'épices

Pssssst! Il était encore meilleure le lendemain!

Bon appétit!

 

 

Elixir de jouvence

Ne le nions pas… la récup’ est dans l’air du temps… Consommer mieux, moins et  de manière plus réfléchie

L’encadrement peut sans nul doute répondre à cette demande… Qui n’a pas dans son grenier un petit cadre défraichi? Une photo ou une petite carte postale à mettre en valeur?

Comme chaque fois, de nombreuse solutions existent! Que ce soit une simple couche d’acrylique, une patine plus élaborée ou une cire colorée… beaucoup de techniques peuvent convenir, tout dépend du résultat recherché

Pour celui ci, j’ai mélangé des pigments indigo de chez http://lutea.be/fr/couleurs-peinture/ à une base neutre à la craie de chez www.eco-logis.be et j’ai terminé par une couche de cire… écologique naturellement !

recup2

Mais pour cela vous n’avez pas spécialement besoin d’une marche à suivre…  je me trompe?

Ce que je vous propose aujourd’hui est de recouvrir un cadre de papier! Un peu technique mais pas trop et … effet garanti!

Dans cet exemple, j’ai employé le meme papier pour réaliser les passe-partout intérieurs

recup 1

Il faut tout d’abord bien choisir son papier… un papier peint traditionnel sera trop épais, un papier de moins de 100 grammes probablement trop fin… prenez donc un papier népalais, un papier japonais, un papier murier ou un papier pour loisirs créatifs plus traditionnel de 160 gr mais celui ci risque de se lustrer plus facilement.

Coté boite à outils… comme d’habitude, rien de bien spécial

Comme blanche, pinceau ou spalter, un bon cutter, une petite équerre Aristot, un porte mine. Idéalement rajoutez un plioir en os pour marquer les plis et un plioir en teflon pour bien faire adhérer le papier sans faire de griffe

013

 

Commencez par mesurer la hauteur des bandes nécessaires… soit… addit001ionner les mesures de :

  1. le talon
  2. le dos
  3. le dessus
  4. la lèvre
  5. la feuillure

 

 

Coupez ensuite 4 bandes un peu plus larges que nécessaire (il faudra rabattre les deux premières bandes pour de jolies finitions)

Personnellement, par habitude, je travaille d’abord les bandes du haut et du bas… rien de scientifique dans cette démarche…

Commencez par coller le dos à la colle blanche. Si vous travaillez un papier à motifs, regardez à bien centrer non seulement sur les cotés mais également sur la longueur…

002

 

Marquez ensuite le pli du dessus et faites une découpe pour les rabats

 

Collez le dessus, Retournez le cadre et faites la découpe pour pouvoir rabattre le papier sous la feuillure

 

Collez la lèvre, la feuillure et les rabats

007

 

Procédez de la meme façon avec le coté opposé

Pour les deux autres cotés, il va falloir faire des découpes plus précises

Commencez toujours par coller le dos (toujours en tenant compte des raccords de motifs), retournez le cadre et coupez le long de la lèvre latérale. Mettre le cadre sur son dos et positionnez votre équerre à 45 degrés comme sur la photo

 

Vous pouvez maintenant effectuer votre découpe d’angle et couper à ras sur les cotés

 

Il ne vous reste plus qu’à coller… pour cette étape, je mets exceptionnellement la colle sur le papier pour éviter les « bavures » car, comme dans chaque projet, un tache de colle est définitive…

 

Il est possible de protéger votre travail avec du vernis, du vernis colle ou du vernis en bombe pour acrylique. Personnellement je ne mets rien par dessus de peur que mon labeur jaunisse au fil des années

Bon amusement

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑